Expositions

Expositions.

invitationLe Coin avec Art Conce Expo

     ConstituĂ©e en association depuis janvier 2009, ART-CONCE-EXPO regroupe des artistes issus de champs artistiques diffĂ©rents (arts plastiques, arts du cirque, musique, audio-visuel, dĂ©cors, stylisme, 
) et dont le souhait est de crĂ©er, partager, mettre en commun, Ă  partir d’un thĂšme, d’un artiste ou d’un mouvement artistique.
    Le bureau
    Guillaume Coste : Président
    Philippe Million : Trésorier
    Marie-Dominique EstÚve-Million : Secrétaire
    GaĂ«l Ruiz : PrĂ©sident d’honneur
    Production
    Guillaume Coste : Organisateur
    Peggy Bougy : Organisatrice
    Marie-Dominique EstĂšve-Million : Coordinatrice
    Communication
    Delphine Henry : Graphiste, chargée de la Communication
    Elise Denis : Chargée de la communication web
    Concepteurs associés
    Fred Guibé : Initiateur du projet
    Philippe Million

    PremiĂšre Ă©dition - "Satie emmerde l'art"
    Anis GRAS, Le lieu de l'autre

    55 avenue Laplace, Arcueil
    Vernissage les 22 et 23 mai de 15h Ă  21h
    Exposition dans La Serre de Anigras du 22 mai au 12 juin 2010

    Installation dans la cour, Larmes, Céline Guibé et Virginie Peyrottes, plùtre et résine.

     Â«Satie emmerde l’Art »

    « ChĂšre Valentine. Je souffre trop. Il me semble que je suis maudit. Cette vie de ‘mendigot’ me rĂ©pugne. Je cherche et voudrais trouver une place ― un emploi, quelque minime qu’il soit. J’emmerde l’Art : je lui dois trop de « rasoireries ». C’est un mĂ©tier de « con » ― si j’ose dire, que celui d’artiste. »
    Ainsi Erik Satie exprime-t-il son désarroi dans une lettre adressée à Valentine Gross, son amie, le vendredi 23 aout 1918.
    Dans le dĂ©nuement, la fragilitĂ©, le peu ou le pas assez, est-ce que l’art est encore possible ?
    C’est autour de cette question que les artistes du collectif  Art-Conce-Expo proposent une dĂ©ambulation artistique, hantĂ©e par la silhouette de ce personnage paradoxal et  revisitant ses mots et sa musique.
    La lecture de cette lettre, 91 ans et 9 mois aprĂšs son envoi, met en prĂ©sence des artistes d’aujourd’hui avec la grande figure d’hier et sera le moyen pour le public de rencontrer diffĂ©rentes formes de crĂ©ation : arts plastiques, littĂ©rature, artisanat, cirque et musique, s’inspirant de l’artiste compositeur Erik Satie.

    Les artistes
    Benoit Perset, Musicien percussionniste
    Céline Guibé, Céramiste
    Céline Roux, comédienne, metteur en scÚne
    Elodie Guégand, Peintre
    Fred Guibé, Plasticien
    Géraldine Le Goff, Comédienne
    Le Coin : Aurélia Boisson-Perigot, plasticienne ; Iris Gallarotti, plasticienne, Laurence Pascual, Plasticienne ; Peggy Bougy, Plasticienne ; Pascale Pressicaud, plasticienne.
    Lou Vernet, Ecrivain
    Marie-Dominique EstĂšve-Million, Circassienne
    Pascale Leroy, Circassienne
    Philippe Million, Auteur
    Valérie Legrand, Styliste
    Virginie Peyrottes, CĂ©ramiste

    Installation dans l'Orangerie, La petite Fille aux Grands Yeux Verts, Fred Guibé.

    Pour l'occasion,
    Le Coin propose "Gnosie"

    La Serre, Anis GRAS

    Gnosie dans la Serre, Le Coin.

    Le Coin pout Artconceexpo
    Gnosie
    Aurélia Boisson Perigot, Peggy Bougy, Iris Gallarotti, Pascale Pressicaud,

    La lettre de Satie nous invite Ă  considĂ©rer l’Ɠuvre comme le travail de l’artiste au quotidien pour produire, survivre et se faire connaĂźtre. Quelque chose qui se travaille, se rĂ©pĂšte, s’écrit et s’invente au fur et Ă  mesure. De ce point de vue, l’art est une recherche Ă  la maniĂšre dont Satie pouvait se dĂ©finir,  pas un  musicien mais un « phonomĂ©trographe Â» : quelqu’un qui mesure et Ă©crit des sons, tel un scientifique.
    En Ă©chos Ă  l’idĂ©e de travail artistique comme processus de connaissance, Le Coin propose le projet "Gnosie" en hommage aux oeuvres de Satie, dont nous reprendrons l'idĂ©e de sĂ©rie, un attachement particulier Ă  la notion de rythme, de mesure et de sens.
    Nous proposons des « dispositifs Â», en relation avec les mouvements (celui des visiteurs, des artistes, de la musique) pour permettre un passage entre les Ɠuvres et le site. Si les Ɠuvres seront bien distinctes les unes des autres, elles Ă©tablissent quatre modalitĂ©s diffĂ©rentes d’installation, de techniques qui se complĂšteront, donnant Ă  voir et Ă  regarder au delĂ  de l’objet :
    AurĂ©la Boisson pĂ©rigot : TrĂšs perdu, sculptures de cire (mainsd’un pianiste  jouant les gnosiennes de Satie)
    Iris Gallarotti: Installation 2.0, série de photographies en mouvement et couture.
    Pascale Pressicaud : Bruits invisibles et images inaudibles , proposition picturale autour du rythme et de la rĂ©pĂ©tition, 9 cadres assemblĂ©s en une grille de 130x130 cm.
    Peggy Bougy : Duos, sĂ©rie de 6 dessins sur PVC, Oreilles, latex et feutre sur verre.

    Du 24 mai au 12 juin,
    Accrochage collectif

    La Serre, Anis GRAS

    Accrochage collectif du 24 mai, La Serre, Le Coin, Fred Guibé, Céline Guibé et Virginie Peyrottes, Elodie Guégand. Visible jusqu'au 12 juin.

Anadiplose, oeuvres en laisse, volet 2

    invitation

    La Loge de la Concierge 10 - 20 décembre 2009
    tous les jours 15h - 20h
    Vernissage 9 décembre à partir de 18h
    Lectures dimanche 13 décembre à 15h et à 19h
    Ă  suivre sur le site de La Loge de la Concierge

     Le principe constructif de l'exposition renvoie Ă  la cĂ©lĂšbre comptine: « Trois petits chats », chaque nouveau mot (dont la rĂ©pĂ©tition forme un couplet) commence par la syllabe qui finit le prĂ©cĂ©dant, et ainsi de suite.
    Pour donner jour Ă  cette exposition, les artistes se sont servies de rĂšgles du jeu pour dĂ©jouer les limites de la crĂ©ation. Les contraintes induites par le jeu, Ă  savoir crĂ©er Ă  partir d’une oeuvre, une autre oeuvre qui elle-mĂȘme servira de base Ă  une suivante, se sont rĂ©vĂ©lĂ©es trĂšs fertiles. Elles nous montrent une fois encore que sans rĂšgle le jeu n’a aucun intĂ©rĂȘt. L'anadiplose devient un dispositif de crĂ©ation qui fonctionne par Ă©vocation ou redondance. La rĂ©pĂ©tition peut s'analyser en un double rapport d'identitĂ©: identitĂ© de forme et identitĂ© de contenu. Une fois appliquĂ© Ă  un travail plastique, le jeu nous invite Ă  une sorte de parcours d'une oeuvre Ă  l'autre ; chaque artiste a crĂ©Ă© Ă  partir du travail de l'artiste prĂ©cĂ©dant une nouvelle oeuvre sans savoir ce que celle-ci Ă©voquera pour l'artiste suivant, prolongeant une chaĂźne dont chaque oeuvre est un maillon.
    Il est remarquable que ce principe de crĂ©ation dĂ©bouche sur une homogĂ©nĂ©itĂ© due Ă  l’interdĂ©pendance des oeuvres, et que de surcroĂźt, chaque oeuvre de façon isolĂ©e, conserve toute son autonomie de sens. Remarquons Ă©galement que la rĂ©pĂ©tition engendrĂ©e par le processus aborde toujours des questions temporelles et/ou spatiales.
    Suivez le lien et parcourez l'exposition Anadiplose se poursuit Ă  l'infini.

    Aurelia Boisson Perigot

Anadiplose, oeuvres en laisse

    Anadiplose : oeuvres en laisse
    du 10 janvier au 20 février 2009

    Vernissage le 10 janvier Ă  partir de 18h30
    Centre Madeleine Rébérioux, 27 avenue François Mitterrand, 94 000 Créteil
    Avec Elodie MaĂŻno, Peggy Bougy, Laurence Pascual, Caroline Grocholski, Sandrine Commarmond artistes membres de l'association « Le Coin Â»

    Nous avons perçu dans l’exposition, un terrain de jeux à partager.
    Pour cela, nous avons empruntĂ© comme mode de production, une figure littĂ©raire : l’anadiplose appelĂ© encore « Chanson en laisse Â», qui consiste Ă  reprendre le dernier mot d’une phrase pour commencer la phrase qui suit.
    Un tirage au sort a dĂ©fini l’ordre des rĂ©alisations artistiques. Le premier artiste a eu un mois pour imaginer une piĂšce, sans autre contrainte que celles qu’il s’est fixĂ©es. Il a ensuite passĂ© le relais Ă  l’artiste suivant qui a dĂ» prendre en compte le travail proposĂ© par son prĂ©dĂ©cesseur. Et ainsi de suite jusqu’à la rĂ©alisation de cinq Ɠuvres spĂ©cialement pour l’exposition.
    Le rĂ©sultat fait apparaĂźtre l’influence du travail des uns sur les autres. Des crĂ©ations numĂ©riques, sonore, dessins, peintures, photographiques, vidĂ©o seront exposĂ©es : En passant par lĂ , Les OubliĂ©s, InterfĂ©rences, Hommage Ă  RauschenbergMonades.